Saint-Jean-Pied-de-Port : une cité fortifiée médiévale au cœur du Pays Basque 

Capitale de la Basse-Navarre, Saint-Jean-Pied-de-Port (Donibane Garazi en basque) doit son nom à sa situation géographique au pied des cols ou ports des Pyrénées. Le plus célèbre d’entre eux est, sans doute, le col d’Ibañeta/Roncevaux, rendu célèbre par la légendaire bataille au cours de laquelle l’arrière-garde de l’armée de Charlemagne, commandée par Roland, fut défaite par des combattants basques. Cette position hautement stratégique a permis à Saint-Jean-Pied-de-Port d’endosser le statut d’une ville clé du royaume de Navarre.
La richesse de son patrimoine historique et architectural lui confère un attrait touristique indéniable : une destination majeure en Pays basque. Ceinturée de murailles, Saint-Jean-Pied-de-Port est dominée par une Citadelle, véritable joyau de l’architecture militaire, avec ses remparts, ses fossés et ses souterrains. Vauban y a laissé son empreinte tant au niveau de son architecture que de son aménagement intérieur. Elle protège les différents quartiers de la ville, le pays de Garazi et offre un panorama incomparable sur la vallée de la Nive et les montagnes environnantes. 
 
A Saint-Jean-Pied-de-Port, chaque édifice plonge le visiteur dans le passé. Citadelle, murailles, porte Saint-Jacques (inscrite par l’UNESCO sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité au titre des Chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France), église gothique, Prison des Evêques, maison Mansart sont autant d’invitations à la découverte. En arpentant les ruelles pavées du cœur historique, vous serez charmés par le patrimoine architectural et notamment les belles maisons au style basque traditionnel. Le grès rose qui égaye les façades, les linteaux couronnant les portes d’entrée, les colombages aux étages sont quelques-unes des caractéristiques architecturales de la ville.
Le classement en 2016 parmi « Les Plus Beaux Villages de France » témoigne de cette richesse et récompense également tous les efforts entrepris pour préserver, protéger et valoriser ce patrimoine.
 
Avec plus de 1800 habitants, 1400 scolaires, une cinquantaine d’associations et plus de 300 entreprises implantées sur le territoire, Saint-Jean-Pied-de-Port est une ville attractive et dynamique. La pratique sportive y est performante et variée : les activités de plein air telles que la randonnée sont aisées, les parties de pelote à main nue au Trinquet, de chistera au Fronton et de cesta punta au Jai Alai sont très appréciées et les sports collectifs sont bien représentés.
Terroir aux multiples saveurs, la cité constitue une vitrine du territoire grâce à ses nombreux commerces de proximité mais également aux rendez-vous incontournables, comme le marché hebdomadaire du lundi et le marché des Producteurs et Artisans Locaux. Les producteurs des villages des montagnes de Garazi y proposent une palette très diversifiée de produits du terroir (fromages, vins d’Irouléguy, cidre, porc et salaisons, charcuterie, pâtisseries, miel ou confitures…).
Fidèle à sa tradition d’hospitalité, avec près de 60000 pèlerins par an, Saint-Jean-Pied-de-Port fait figure d’étape incontournable sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Elle est une halte bien méritée avant la redoutable et redoutée ascension des Pyrénées en direction de la collégiale de Roncevaux.
Ongi etorri !
 

Ispoure : un village dynamique chargé d'Histoire

Ispoure constituait le premier rempart de Saint-Jean-Pied-de-Port au Moyen-Age.

A l’ouest, la Maison Laustania barrait le défilé qui fermait le Pays de Cize sur la Nive ; elle subsiste encore et comme à d’autres monuments du Pays Basque, il s’y rattache la légende selon laquelle les «laminak» (lutins) l'auraient construite en une nuit.

A l'Est, le château de Larrea, très bien restauré, fut la demeure durant plusieurs générations, des capitaines châtelains de Saint-Jean-Pied-de-Port dont le soutien à Jeanne d'Albret ne fit jamais défaut et dont les terres furent même érigées en baronnie en 1724.

Village de 690 habitants, il se trouve au confluent de toutes les eaux de la vallée, du Laurhibar, de l'Arzuby et des Nives, mais s'accroche aux pentes de l'Arradoy du sommet duquel on a une véritable "vue d'avion" sur la région.

Centre médical avec sa clinique SSR, son EHPAD, ses kinésithérapeutes, dentistes, pédicures, ophtalmologues et orthophonistes, le commerce s'y développe également avec ses grandes surfaces ainsi que l'innovation agricole.

La tradition vigneronne abandonnée jadis en raison du rude travail dans le sens de la pente, y retrouve sa place, encouragée par la réputation de l'Irouléguy et les nouvelles techniques de culture en terrasse.